Emeutes, Manifestation, Politique

Emeutes de Béjaïa : Onde de choc et inquiétudes

Les émeutes qui ont abouti à l’incendie, le 5 avril, de la maison de la culture de Béjaïa à l’occasion de la programmation du meeting, annulé, de Abdelmalek Sellal ont mis à mal la direction de campagne locale du candidat Bouteflika au même temps qu’elles inquiètent les pouvoirs publics. Le wali a donné rendez-vous dans l’après-midi d’avant-hier à quelques «représentants de la société civile» à l’intérieur même de la maison de la culture, restée toujours dans son état d’épave. Ce qui devait être une rencontre a finalement été une déclaration, au milieu des décombres, en face de la caméra de la télévision nationale pour condamner les actes de saccage et appeler à la sagesse. Le wali, qui a promis la réhabilitation «au plus vite» des lieux, a déclaré que les 12 personnes arrêtées, «dont trois mineurs, font l’objet d’une enquête d’instruction». «Je suis témoin, parce que j’étais ici, à l’intérieur de la maison de la culture. J’étais prisonnier de 11h jusqu’à 17h, et j’ai vu deux mineurs de 12 et 13 ans, volant des instruments de musique. Ils ont été arrêtés en flagrant délit». À l’extérieur de la maison de la culture, des jeunes sont venus, visiblement nerveux, réclamer la libération d’un des leurs, arrêté le jour de l’émeute. Après l’épuisement du délai légal de 48h de la garde à vue, les accusés ont été libérés en fin de journée d’avant hier.

Manifestation contre le meeting de SellalPhoto: K.M.

Des appréhensions pour les jours qui restent de la campagne électorale ? Le wali n’en a pas. «Je n’appréhende pas la suite de la campagne. Elle se tiendra dans les conditions qui étaient prévues. Il y a la Cwisep qui est en train de suivre, moi je m’occupe de la préparation des élections sur le plan matériel. Autre chose, ce n’est pas des prérogatives de l’administration» répond Hamou Ahmed Touhami. «Nous assurerons la sécurité et il y aura renforcement des mesures parce que nous avons vécu une situation et si cette situation revienne, ce sera grave pour vous Bougiotes. Ailleurs, les choses se sont passées le plus normalement du monde. On a empêché dans certaines wilayas des représentants de candidats de s’exprimer mais sans arriver au saccage. C’est cela la démocratie» ajoute le wali.

Ce climat d’inquiétudes est palpable au sein même de la direction de campagne du président-candidat que l’annulation du meeting de Abdelmalek Sellal semble avoir déstabilisée. Des voix nombreuses au sein même des partisans de Bouteflika ne se font pas discrètes, y compris face à la presse, pour incomber la responsabilité de l’avortement du rendez-vous de Sellal à la direction de campagne du président-candidat dans la wilaya, présidée par le député RND Omar Alilat. «C’est désormais le FLN qui organisera les prochains meetings» a lancé, avant-hier, catégorique une élue FLN, devant des journalistes. La direction de la campagne passe aux mains du FLN ? «C’est faux. L’équipe est toujours en place avec à sa tête Omar Alilat. Que celui qui a donné cette information assume ses responsabilités» réplique, non moins catégorique, le chargé de communication au sein de cette direction, Hamza Latreche, qui répond aussi que le prochain meeting en faveur de Bouteflika, qu’animera Ahmed Ouyahia est maintenu «jusqu’à nouvel ordre».

Mots-clefs :, , ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

La QUENELLE |
Accueil du site |
M. Leduc, prof d'Histoire-G... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les châteaux de la Manche
| AVEC FO
| mikebrantuvie5