Bejaia, FFS

FFS: Démission collective à la fédération de Béjaïa

Les soupçons de crise prévalant entre des membres de la direction nationale du FFS et le premier secrétaire fédéral de Béjaïa et non moins député du parti Khaled Tazaghart, se confirment avec l’éclatement de cette crise au grand jour. Dix membres du secrétariat fédéral et huit délégués auprès du premier secrétaire fédéral du FFS de Béjaïa viennent de déposer leur démission auprès des membres de l’instance présidentielle du parti, en emboîtant le pas, par solidarité, à Khaled Tazaghart qui vient de remettre son mandat du premier responsable de l’importante fédération de Béjaïa.

FFS

La goutte, que l’on considère «de trop», est venue avec la décision que vient de signer le premier secrétaire national, Ahmed Betatache, portant annulation d’un conseil fédéral devant se tenir vendredi dernier à Tamridjet. Les démissionnaires considèrent qu’«aucune raison, aucune disposition du règlement intérieur ne peut être avancée pour justifier la substitution des instances nationales à l’instance fédéral, en matière de convocation». «Alors que nous nous attendions à une suite au rapport que nous avions transmis aux instances nationales, alors que nous avions nourri un immense espoir de voir les questions soulevées dans ce document trouver des solutions, conformément aux statuts, et à notre grand regret et à la stupéfaction générale, comme seule réponse, une décision d’annulation pure et simple d’un Conseil fédéral (…)» écrivent les membres du secrétariat fédéral dans le document portant leur démission collective. Les instances nationales du parti ont été, en effet, destinataires, d’un «projet circonstancié et exhaustif sur le projet de la stèle à la mémoire des martyrs de 1963 et les agissements inadmissibles des sept parlementaires» du parti. Les accusations, dont la teneur est gardée secrète, sont dirigées sur sept députés, sur les huit que compte le parti à Béjaïa, ainsi que le seul sénateur du parti dans la wilaya. Les prémisses du conflit étaient perceptibles déjà autour du projet de la stèle dont la quête de fonds aurait buté sur un refus de contribution y compris parmi les députés du parti. Aussi, la date de l’inauguration de cette stèle, le 5 octobre dernier, a subi un report décidé par l’instance nationale qui a aussi décidé de l’annulation d’une marche des élus en avril dernier. «Comment expliquer qu’un rapport aussi important, argumenté et exhaustif, aucune considération n’a été accordée par les instances du parti, alors que pour annuler sans aucune justification le Conseil fédéral (…) la concertation a eu lieu et la décision est vite arrêtée, prononcée et notifiée» écrivent les démissionnaires qui soulignent «un climat délétère qui prévaut au sein du parti, favorisé par l’impunité dont jouissent certains responsables».

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

La QUENELLE |
Accueil du site |
M. Leduc, prof d'Histoire-G... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les châteaux de la Manche
| AVEC FO
| mikebrantuvie5