Protestations, Théâtre

Festival international du théâtre à Béjaïa : « Et Tamazight ? »

Un groupe d’auteurs et un dramaturge en langue amazighe s’étonne et protestent, à travers une déclaration, contre l’absence de la langue amazighe dans le programme de la quatrième édition du festival international du théâtre qui se déroule à Béjaïa.

«Il est regrettable qu’un festival international du théâtre se déroulant à Béjaïa ne comporte dans son programme aucune expression en tamazight, que ce soit théâtrale ou littéraire» écrivent ils. Ils rappellent que «la langue amazighe est l’affaire de toutes et de tous. Elle est surtout celle des institutions de l’Etat qui sont tenus, en vertu de l’article 3 de la constitution, de fournir des efforts pour sa promotion et son épanouissement».

Mehmed Hassani, dramaturge, Fodil Ouatah, auteur compositeur et interprète et Brahim Tazaghart, éditeur et écrivain, soulignent que la promotion de la langue Amazighe «doit se faire justement dans ce genre d’événements», convaincus que sa présence dans ce festival «aurait permis aux invités étrangers de se saisir de la dimension plurielle de notre culture».

«Tout en souhaitant pleine réussite à ce festival, nous sommes convaincus que ce genre de manquement va cesser pour permettre la maturation de l’algerianité, seule voie pour accéder au progrès et à la stabilité» concluent ils.

affiche

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

La QUENELLE |
Accueil du site |
M. Leduc, prof d'Histoire-G... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les châteaux de la Manche
| AVEC FO
| mikebrantuvie5