Ecoles

On cuisine…sous les escaliers !

Le bout de pain et la bouteille de limonade ont encore de beaux jours à Béjaïa pour les nombreux élèves qui ne pourront pas se restaurer dans des cantines qui n’existent pas dans de nombreux établissements scolaires de la wilaya. Beaucoup d’autres ont la chance de le faire, occupant des classes de cours transformées en cantines où il n’y a pas d’espace approprié pour les cuisiniers. La débrouillardise permet des conditions qui ne sont pas toujours les meilleures. La preuve ? À Ighram, précisément au village Irsane, on cuisine sous… les escaliers. C’est ce que nous apprenons du P/APC qui souligne l’augmentation continue du nombre d’élèves dans cette région. S’inscrivant dans le souci d’amélioration des conditions de scolarisation, la démarche des autorités consiste à aménager, comme on peut, plusieurs autres classes de cours en cantines dans des écoles primaires de la wilaya. Dans quelles conditions ? La fédération des parents d’élèves n’en sait pas trop, elle qui se plaint de n’avoir même pas été conviée à l’ouverture officielle de la rentrée scolaire. Cependant, de nombreux établissements scolaires ne sont pas encore dotés de cantines, notamment ceux du deuxième palier mais aussi des écoles primaires comme celle d’Izoumam, à l’extrême est de Tichy, où 17 élèves seulement poursuivent leur scolarité. La loi les prive de la restauration sur place parce qu’elle exige un nombre d’au moins 40 élèves pour ouvrir une cantine scolaire.

Mots-clefs :, ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

La QUENELLE |
Accueil du site |
M. Leduc, prof d'Histoire-G... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les châteaux de la Manche
| AVEC FO
| mikebrantuvie5