Bejaia, Emeutes, Mal vie

émeutes de la mal vie: Après le calme, des lendemains incertains.

Il a plu la journée de lundi sur la ville de Béjaïa, qui a retrouvé son calme dans un décor de désolation. Comme par magie, la rue a renoué avec la sérénité quelques heures seulement après une nuit très mouvementée et cinq jours de violentes émeutes. Les commerçants ont nettoyé devant leurs échoppes qu’ils ont rouvertes.

La circulation automobile a repris dans le centre urbain qui retrouve peu à peu son animation habituelle. Des agents de nettoiement de la commune se sont affairés dans la matinée à débarrasser les rues des gravats qui les ont obstruées et défigurées. Tôt dans la matinée, des policiers antiémeute ont pris position dans plusieurs points chauds de la ville. Des positions qu’ils n’ont pas encore quittées. Leurs fourgons sont toujours stationnés à proximité des édifices qui ont survécu à la déferlante ravageuse des émeutiers. Ceux parmi ces constructions qui ont succombé aux assauts sont restés en ruines : établissements scolaires, tribunaux, agences de Sonelgaz, de l’ADE et des assurances, des sièges d’APC et de daïras, des banques, les Contributions, des entités économiques, des biens privés,….. Un premier bilan des dégâts est établi : 180 blessés parmi les manifestants, 391 blessés parmi les policiers et 495 logements squattés. Ce sont là les chiffres que le wali a communiqués lors d’une réunion qui a regroupé, lundi dernier, des députés, des sénateurs, et des représentants du mouvement associatif. Sans les élus de l’APW, ni ceux des communes. Sans la presse aussi puisque à cette rencontre, et il est important de le signaler, seule la radio locale a été invitée. «Le wali a-t-il choisi son camp ?» s’interroge un élu de l’APW. Programmée dans l’objectif de solliciter l’aide des présents à rétablir le calme, cette rencontre est venue en retard. Les villes de toute la wilaya de Béjaïa ont repris vie au milieu des stigmates des dernières violences. Et aussi au détour d’un coup gouvernemental qui a réduit un ras-le-bol général en une simple manifestation de l’huile et de sucre.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

La QUENELLE |
Accueil du site |
M. Leduc, prof d'Histoire-G... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les châteaux de la Manche
| AVEC FO
| mikebrantuvie5