Penitenciers

Le pénitencier de Oued Ghir opérationnel en automne

Le nouveau pénitencier de Oued Ghir, 12 km de la ville de Béjaïa, sera fonctionnel avant la fin septembre prochain a annoncé, mercredi 28 juillet, son directeur, Zarab Saïd, lors de la cérémonie de son installation organisée à la cour de Béjaïa. Zarab Saïd a eu à occuper la même fonction de directeur de prison à Adrar, Biskra, Constantine (Bousouf) et à Boumerdès. 12 autres pénitenciers, d’une capacité totale de 19 000 places, sont livrables avant la fin de l’année en cours sur le territoire national.

Il s’agit d’un premier lot des 81 prisons projetées dans le cadre de la politique du gouvernement qui a tracé l’objectif de mettre fin au surpeuplement carcéral.

Fortement contesté par la population et des élus, qui ont crié le besoin de la région pour des projets structurants, le chantier du pénitencier de Oued Ghir a démarré au début 2008. Il a été confié à un groupement d’entreprises chinois qui devait le livrer en mars 201. Doté d’une autorisation de programme de deux milliards de dinars à son lancement, ce projet a nécessité une réévaluation de plus de deux autres milliards de dinars. Ce qui porte son coût de réalisations à au moins 4,5 milliards de dinars. D’une capacité de 1000 places, il s’étend sur 10 ha, longeant la RN12, à la sortie de la commune de Oued Ghir, dans une zone à faible concentration d’habitations. Il est disposé en trois zones, un quartier pour les détenus hommes, une aile pour femmes et un espace pour mineurs. L’espace réservé pour les hommes est réparti en trois zones de détention, classées selon le degré de sécurité. Ce qui donne une zone à haute sécurité.

2615 m² sont réservés pour les activités culturelles et sportives et 3600 m² abrite un bloc sanitaire pour la prise en charge médicale et psychologique. En plus des salles de cours, ateliers,….

Ce nouveau pénitencier devra se remplir à partir de son ouverture jusqu’à la fin de l’année en cours avec le transfert de tous les détenus du centre de rééducation d’El Khemis, au coeur de la ville de Béjaïa, qui sera rasé pour servir à autre chose. Probablement pour accueillir le projet d’un téléphérique soutient-on du coté de l’APC.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

La QUENELLE |
Accueil du site |
M. Leduc, prof d'Histoire-G... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les châteaux de la Manche
| AVEC FO
| mikebrantuvie5