Football

Après le match Algérie-USA : Silence de mort à Béjaïa

sl371151.jpg

(Photo K. M.)
Il n’y aura finalement pas de défilé dans les rues. L’emblème national plié et rangé au placard, les supporters des Verts ont reporté leur liesse pour une autre fois, plongés qu’ils sont dans une profonde désolation. Tout ceux qui se sont préparés pour la grande explosion de joie d’après match ont été refroidis par le résultat final du match d’hier contre le team US. L’équipe nationale n’ira pas plus loin dans cette coupe du monde.

Le coup de sifflet final du référé Belge, Frank De Bleeckere, a noyé Tout Béjaïa dans une grosse déception. Les groupes de supporters qui avaient laissé libre cours à l’excitation d’avant match durant la journée d’hier un peu partout dans les quartiers du chef lieu de wilaya, à l’idée de pouvoir damer le pion aux yankees américains, ont fini par se murer dans un silence général et profond.

La presque paralysie qui avait marqué la ville à quelques minutes du début de la confrontation s’est reproduite peu après la fin du match. Beaucoup ont été déçus et frustrés d’avoir été à la source et de n’avoir pas pu boire de son eau.

Frustrés aussi de ne pas voir la rage de vaincre dans les pieds des fennecs mais surtout l’efficacité dans les choix tactiques de l’entraîneur national. Les commentaires n’ont pas été tendres envers Saâdane à qui l’on reproche, presque à l’unanimité, d’avoir fait jouer un Ghezzal et un Saïfi qui se mêlent les pieds. «Des ratages techniques» se permettent de juger de nombreux fans des Verts. «Il a commis les mêmes erreurs du premier match contre la Slovénie» ont commenté des jeunes bougiotes qui arrivent tant bien que mal de maîtriser leur colère. Leur frustration vient surtout de la carte Boudebouz que le coach national n’a pas jugé utile de jouer au grand étonnement de la rue bougiote qui ne tarit pas d’éloge sur ce jeune espoir du 11 national qui a brillé devant les anglais. Laissé à leur soif, les supporters algériens en veulent à mourir à Saâdane. Pour tenter de se consoler, chacun y va de sa formule. Certains se plaisent à noter, non sans grosse fierté, que le groupe à Rabah Saâdane a mieux fait que les champions du monde de 98, c’est à dire les tricolores du français Raymond Domenech. D’autres, par contre souligne que l’on a gagné des joueurs de valeur dont le magistral M’Bolhi qui a totalement séduit son monde, et aussi une équipe d’avenir. Un 11 qui cherche un entraîneur à la hauteur de ses ambitions, estiment d’aucuns.

K. Medjdoub

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

La QUENELLE |
Accueil du site |
M. Leduc, prof d'Histoire-G... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les châteaux de la Manche
| AVEC FO
| mikebrantuvie5